Conférenciers

Conférenciers pléniers

Le système de protéolyse ubiquitine  : mécanismes fondamentaux, maladie humaine et ciblage pharmacologique

Aaron Ciechanover

Aaron Ciechanover

Aaron Ciechanover est né en Israël en 1947. Professeur distingué à l'institut Technion à Haïfa, en Israël, il a obtenu sa maîtrise (1971) et son doctorat en médecine (1973) à l'Université hébraïque de Jérusalem avant d'obtenir un doctorat à l'institut Technion (1982). En tant qu'étudiant du cycle supérieur, il a travaillé sous la supervision d'Avram Hershko, Ph. D., en collaboration avec Irwin Rose, Ph. D., de Philadelphie. Ensemble, ils ont découvert qu'on pouvait causer la dégradation de substances protéiques en les marquant à l'ubiquitine. Parmi les nombreux prix que M. Ciechanover a reçus, on compte le prix Albert-Lasker (2000) et le prix Israël (2003), ainsi que le prix Nobel de chimie (2004), qu'il partage avec MM. Hershko et Rose. M. Ciechanover fait également partie d'institutions savantes comme les académies nationales israéliennes des sciences et des lettres, et les académies nationales américaines des sciences et de la médecine.

Boucler la boucle après 40 ans  : des plasmides à... la neurobiologie?

Stanley N. Cohen

Stanley N. Cohen

M. Stanley N. Cohen, Ph. D., est professeur Kwoh-Ting Li de génétique et professeur de médecine à l'Université Stanford. M. Cohen et son collègue, M. Herbert W. Boyer, ont révolutionné les domaines de la biologie et de la chimie en 1973 en découvrant des méthodes de transplantation et de clonage des gènes en plus de détenir inventé les brevets qui sont devenus le fondement du génie génétique. M. Cohen est l'auteur de plus de 360 publications scientifiques et il a reçu de nombreux prix et honneurs, y compris la National Medal of Science, la National Medal of Technology, le prix Lasker pour la recherche médicale fondamentale, le prix Wolf de médecine et le Prix Shaw en sciences de la vie et médecine.

De la chimie supramoléculaire à la chimie adaptative  : aspects bio-organiques et biomédicaux

Jean-Marie Lehn

Jean-Marie Lehn

Jean-Marie Lehn actuellement professeur à l'Institut d'études avancées de l'Université de Strasbourg (USIAS). Il partage le prix Nobel de chimie de 1987 pour ses études sur les fondements chimiques de la « reconnaissance moléculaire » (c'est-à-dire la façon dont un récepteur moléculaire reconnaît et se lie de manière sélective à un substrat), phénomène qui joue un rôle fondamental dans les processus biologiques. Son travail a mené, au fil des ans, à la création d'une nouvelle discipline en chimie, discipline qu'il a nommée « chimie supramoléculaire » en raison des entités complexes produites par l'association de deux ou plusieurs espèces chimiques retenues ensemble par des forces intermoléculaires de nature non covalente, par opposition à la chimie moléculaire qui porte sur des entités élaborées à partir d'atomes liés entre eux par des liaisons covalentes. Par la suite, cette discipline est devenue la chimie des processus d'auto-organisation et plus récemment la « chimie adaptative », les réseaux dynamiques et les systèmes complexes.

Modification des bases : intervention chimique sur un nucléotide précis dans le génome d'une cellule vivante

David Liu

David R. Liu

David R. Liu est titulaire de la chaire Richard Merkin et il est vice-président de faculté à l'Institut Broad de Harvard et du MIT. Il enseigne la chimie et la biologie chimique à l'Université de Harvard en plus de poursuivre des recherches au Howard Hughes Medical Institute. M. Liu collectionne les distinctions universitaires, parmi lesquelles le Joseph R. Levenson Memorial Teaching Prize, le prix Roslyn Abramson et une chaire au Collège de Harvard. On lui doit environ 150 articles et une cinquantaine de brevets. Ses réalisations scientifiques lui ont valu divers honneurs, y compris le prix Ronald Breslow en chimie biomimétique, le prix en chimie pure de l'American Chemical Society, l'Arthur C. Cope Young Scholar Award ainsi que des prix de la Sloan Foundation, de la Fondation Beckman, du programme NSF CAREER et du programme Searle Scholars. En 2016, il a été choisi parmi les vingt plus grands spécialistes mondiaux en recherche translationnelle par Nature Biotechnology et, l'année suivante, il a été désigné par le périodique Nature comme l'un des dix meilleurs chercheurs au monde ainsi que membre de l'élite des Foreign Policy Leading Global Thinkers. Les recherches du professeur Liu combinent chimie et évolution pour faire resplendir la biologie et paver la voie aux produits thérapeutiques de demain.

Date de modification :